Le radiotélescope d’Areciebo

12 March 2015

Pour notre deuxième journée d’excursion à Utualdo, je voulais rendre visite à l’observatoire d’Areciebo. C’est le plus grand radio-téléscope de la terre et mon intérêt pour  celui-ci vient du projet SETI@Home ou Search for Extra-Terrestial Intelligence auquel j’ai participé dans les années 1990s. A l’époque, ils écoutaient des étoiles et demandaient aux gens de faire fonctionner un petit programme sur nos ordinateurs personnels qui tentaient d’identifier des séquences pouvant provenir de civilisations extra-terrestres. Jusqu’ici, les recherches sont infructueuses, mais ils ont néanmoins découvert quelques anomalies intéressantes….

La visite a été un bon prétexte pour initier Maël à la distance phénoménale qui existe entre les planètes, leur ordre dans le système solaire et sur les météorites. Ils ont d’ailleurs beaucoup d’échantillons, ce qui m’a permis de parler de provenance, de leur arrivée dans l’atmosphère (étoile filante, bolide) et ce qui leur arrivent après leur entrée dans l’atmosphère.  On a aussi parlé de la différence entre un téléscope et un radiotélescope et ce qu’ils permettent d’étudier…

Après une avant-midi à l’observatoire, j’ai amené la famille à Lares, où il y a(vait) un magasin qui servait plus de 1000 saveurs de crème glacée! Nous nous sommes butés sur une porte fermée et un marchant voisin (Angelo) nous a appris que le propriétaire était décédé mais personne de sa succession ne se montrait intéressé à reprendre le magasin, qui pourtant l’avait rendu millionnaire…. Notre raconteur, homme au milles talents (vendeur de légumes, fabricant de matelas, distributeur de friandises, acteur ) nous propose une alternative à quelques maisons de là.

Les enfants ont fait une belle sieste après une journée aussi remplie! Maël a cependant dû se réveiller brutalement car un cheval l’attendait pour sa première randonnée d’équitation… Normalement, ils n’acceptent pas les enfants en bas de 10 ans, mais le cheval du guide est particulièrement docile et il a pu faire une dizaine de minutes à dos de cheval, le temps de se rendre aux écuries plus bas sur le terrain de notre résidence de passage.

Go top