Traversée (jour 7)

7 June 2015

Voilà maintenant une semaine que nous sommes en mer. Nous venons de passer le cap psychologique des 1000 miles nautiques parcourus, soit 45% de la distance qui sépare St-Martin des Açores. Si tout va bien, nous allons arriver dans 8 jours, soit le 15 ou 16 juin. Il y a un festival à Flores le 17 et un autre à Faïal le 24. Si on peut, on va essayer d’y assister…
Ormis un bris important à fin de l’après-midi aujourd’hui, on peut dire que nos journées sont assez relaxantes. La journée d’hier s’est écoulée avec pour seule adrénaline notre rencontre avec un cargo. Le Monstre était en place toute la journée et nous avions de belles performances. Par contre, nous avons évité une catastrophe car deux cordages raguaient sur des parties du bateau. Après quelques expérimentations, nous avons retenu une solution qui fonctionnait bien.

Serge a fait le premier pain à bord, pour le grand bonheur de nos palais. Comme le bateau n’avait pratiquement pas de gîte, j’ai proposé à l’équipage d’écouter un film de circonstance: 1492. C’est l’histoire de Christophe Colomb et sa fougue partir vers l’ouest pour découvrir un nouveau continent. Comme par hasard, il a emprunté la route du 28ième parallèle et c’est exactement à cet endroit que nous étions en écoutant le film…

Aujourd’hui, c’était une autre journée de repos. Ma nuit n’a pas été des meilleures et j’ai passé la plus grande partie de la journée à me reposer. J’ai néanmoins fait un pain. Vers 16:00, le bateau a soudainement arrêté et Serge m’a crié que l’écoute du Monstre (spi) avait cassé. J’ai juste eu le temps de sortir dehors pour le voir tomber dans l’eau. Il s’est agglutiné contre la coque et je me suis servi du peu de vitesse que nous avions toujours pour changer le cap du bateau et ainsi éviter que la voile s’emmêle dans le safran ou le pied de moteur. Le Monstre gisait de tout son long contre la coque et nous n’étions pas trop des trois pour le vider de son eau et le remonter à bord. Heureusement, la voile n’a subi aucuns dommages. Par contre sa chaussette (qui nous permet de le hisser facilement) est détruite sur la moitié de la longueur. Le Monstre sera donc hors circuit jusqu’à la fin du voyage. Dommage, car il nous a porté si fièrement pour les deux derniers jours. Il nous aurait été utile pour encore 72 heures car par la suite la météo change et nous devions le changer pour une autre voile. Je vais l’envoyer chez le toubib une fois rendu à Horta.

Demain matin, nous allons montrer dans le mât (une nouvelle fois) car il semble être possible de tirer sur un fragment de drisse pour nous permettre de remettre en place le code Zero. Et en après-midi, nous avons prévu une petite activité bien spéciale… J’ai bien hâte de nous en parler!

DSC_0730

Oui, on s’excite pour ÇA! (Le cargo sur la ligne d’horizon) 🙂

DSC_0739

La porte automatique commençait à faire du trouble, alors je l’ai désactivée.

IMG_4907La gastronomie à bord de Jayana

 

Go top