Traverser l’Atlantique

27 January 2017

20 novembre (J-0)

Départ de Las Palmas, 135 nm, 5.6 kt

Jour du départ: l’angoisse et la fébrilité qui m’habitent à l’idée de prendre la mer sont à leur paroxysme. Après avoir fait beaucoup d’excès lors de nombreuses fêtes au cours des 10 derniers jours, j’accueille avec enthousiasme l’idée d’être sobre pour quelque temps!

Au cours des dernières vérifications d’usage et le ménage nécessaire à quelques heures du départ, Francesca découvre une fissure sur la coque. À l’intérieur de l’équipet bâbord, une fissure longue d’une vingtaine de centimètres est bien visible, vestige de notre collision avec un catamaran à Mykonos, Grèce. Je ne l’avais pas vu auparavant et j’ai quand même franchi 2300 miles nautiques sans encombre. Cependant, le voile de panique que je perçois dans les yeux de Francesca m’incite à embarquer à bord une réserve de résine époxy et de tissu en fibre de verre, au cas où la brèche deviendrait un problème en haute mer.

Avant de quitter la marina, j’essaie d’anticiper chaque étape des prochaines heures: familiariser l’équipage avec le bateau, hisser le spi, faire décoller le drone à 5 minutes du départ et le positionner sur la ligne de départ, déployer le spi au lancement de la course, effectuer un posé-décollage avec le drone pour un changement de batterie, effectuer des prises de vue aérienne pendant qu’Éric est à la barre et finalement, récupérer le drone.

Déjà qu’un départ de course avec quelque 180 bateaux est stressant, imaginez avec un drone à piloter pour immortaliser ce grand événement du voyage!

À deux heures du départ, on largue les amarres et on s’insère tant bien que mal dans la file des bateaux qui veulent sortir de la marina. Une fanfare nous souhaite un bon voyage tandis qu’une foule de curieux nous envoie la main. Quelques personnes s’étouffent en me voyant, j’imagine qu’ils s’imaginent que ce sont mes vrais cheveux…

Enfin libres, on s’éloigne du troupeau et de la ligne de départ pour les consignes à l’équipage et la préparation du bateau: hisser la grande voile avec deux ris, hisser le Monstre sans le déployer, préparer le drone, etc. Éric se familiarise avec les manoeuvres à la barre tandis que Mélanie se prépare à immortaliser ce grand événement…

Le départ est donné! Nous avons quelques difficultés à déployer le spi, mais c’est surtout parce que je suis seul pour faire les manoeuvres à l’avant du bateau alors que l’équipage ne peut qu’observer du cockpit. On franchit la ligne du départ avec un spi qui n’est pas encore déployé, mais on rectifie la situation une minute plus tard. Enfin, Jayana accélère et notre belle voile est un spectacle à regarder. Apparemment, nous ne sommes pas les seuls à apprécier le spectacle, car le magazine Yachting World nous prendra en photo quelques minutes plus tard.

Notre départ est fulgurant et malgré avoir perdu une bonne vingtaine de minutes au départ de la course, nous serons 3e dans notre classe lorsque nous passerons le cap au sud de Gran Canaria. L’atmosphère à bord est à la fête, surtout que notre plus grande équipière, Mélanie, vit l’extase complet…

Elle rêvait tant de participer à une traversée océanique et quand elle avait vu que le départ de l’ARC 2016 coïncidait avec son anniversaire, elle n’avait pu s’empêcher de soumettre sa candidature pour que je la prenne à bord pour la traversée. Bien qu’elle n’a pas l’expérience que je recherchais, elle a une personnalité exceptionnelle… Après plusieurs semaines de réflexion, j’avais accepté de lui permettre de venir à bord pour qu’elle puisse réaliser son rêve.

Elle était donc là, assise derrière la barre, heureuse et contemplative lorsque je lui ai offert le cadeau du capitaine: une belle bouteille de champagne! Nous en avons ouvert une autre pour fêter notre départ et ce fut le début de notre aventure…

21 novembre (J+1)

Formation de l’équipage, 135 nm, 5.6 kt

Aujourd’hui, ma journée est consacrée à aider mes équipiers à apprivoiser la bête. Chacun se sépare le tiers des heures de la journée et de mon côté, je reste disponible pour les assister à n’importe quel moment. C’est un système de quart que j’ai élaboré pour pallier au manque d’expérience des équipiers avec le bateau. Cela me permettait de leur expliquer comment fonctionne Jayana et valider si leur expérience correspondait à ce qu’ils m’avaient dit.

Mes attentes face à Éric et Mélanie étaient plutôt justes. Éric avait touché à tout et il était d’une aide efficace à tous les niveaux. Mélanie avait besoin de formation, mais sa bonne humeur contagieuse agrémentait notre expérience à bord. J’ai cependant découvert que notre 3e équipière n’avait pas du tout les compétences qu’elle prétendait avoir…

D’abord, nous avions depuis des mois recruté Sarah, une Belge qui semblait avoir les atouts parfaits: une passion pour la voile et l’océan, un amour pour cuisiner de bons plats et une personnalité joviale. Cependant, elle s’est fait une sévère entorse à la cheville un mois avant le départ et j’ai dû lui annoncer que nous ne pouvions pas la prendre à bord. Une amie docteure m’avait parlé des complications possibles et surtout, des risques si jamais elle se blessait à nouveau sur sa cheville fragile. Déjà qu’il y a plusieurs risques à entreprendre une traversée de l’Atlantique sur un voilier, je ne voulais pas en ajouter sciemment d’autres…

J’ai regardé plusieurs candidat(e)s pour la remplacer rendus à Las Palmas. De fil en aiguille, nous avons rencontré Francesca, une Italienne avec (supposément) 3,000 miles nautiques d’expérience. J’ai partagé mes réserves avec elle (son manque d’entrain) et avec l’équipage (les problématiques d’avoir une personne ne parlant pas français), mais nous avons décidé de l’accueillir à bord. Elle était plutôt coopérative pour les travaux à Las Palmas et nous avons réussi à lui faire arborer un sourire à bien des moments…

Cependant, j’ai vite découvert qu’elle était loin d’avoir l’expérience d’une personne ayant navigué 3,000 miles nautiques. Elle avait probablement été passagère, mais là, je devais tout lui apprendre! Elle m’a exprimé son désaccord avec notre système de quart et elle n’avait, en guise de solution, qu’à me proposer que les quarts devraient être faits par équipe de deux. J’ai finalement découvert qu’elle était angoissée d’être seule à faire des quarts de nuit et que même si je demeurais disponible en cas de problème (grain à proximité, bris, etc.), cela n’était pas suffisant pour elle. Ce fut la première d’une série de peurs et d’angoisses qu’elle aura été amenée à confronter lors de ce voyage…

Au moins, la magie de l’océan s’est manifestée à la tombée de la nuit. Dans l’obscurité la plus totale, la bioluminescence de l’océan était exceptionnelle. Quel beau spectacle Neptune nous faisait pour inaugurer notre voyage et nous faire réaliser la chance que nous avions d’être là, dans ce milieu hostile à l’écart de la civilisation.

22 novembre (J+2)

Premiers grains, angoisse, dauphins, 163 nm, 6.8 kt

Le vent nous porte bien aujourd’hui et la flotte se disperse. Il n’y a plus d’autres bateaux visibles au radar (24 miles à la ronde). Les vagues d’une dépression au nord rendent notre navigation inconfortable et l’impact sur notre sommeil se fait sentir. Je ne dors pas très bien et je suis encore ambivalent sur la route à suivre.

Un énorme anticyclone se dresse sur la route directe, ce qui oblige chaque capitaine à faire un choix décisif pour le reste de la course: faire route au nord de cette zone de pétole (pas de vent) ou bien la contourner par le sud. Rester au nord signifie naviguer dans le froid (15C au petit matin) avec des vents forts (25-35 noeuds) et des vagues conséquentes. La route sud ajoute au moins 300 miles (2 jours) mais dans des conditions plus agréables et loin des grosses vagues. Mon frère, à qui j’ai sollicité de m’aider dans le suivi de la météo et du choix de route, me recommande d’emprunter la route nord. Mon équipage novice a déjà l’estomac fragile dans des conditions normales, alors j’anticipe leur état si j’opte d’aller dans des conditions plus musclées.

On passe la journée à courser avec un bateau qui a pris un excellent départ car il est plus petit et en avant de nous… Ce fut une belle occasion de pratiquer les fins réglages car ils nous ont aidés à pousser nos limites et à utiliser toutes les optimisations possibles pour gagner quelques dixièmes de noeuds ici et là.

Francesca réussit par deux fois à désactiver le pilote automatique. Je n’ai pas bien compris comment elle s’y était prise la première fois. Elle affirmait qu’elle n’avait rien fait… La deuxième fois, quelques minutes plus tard, m’a fait réaliser que le bouton pour désactiver le pilote est juste à côté de celui pour accéder le radar. Pour une raison inconnue, Francesca est la seule personne à être venu à bord de Jayana qui est incapable d’appuyer sur le bon bouton. Les conséquences peuvent être désastreuses à chaque fois car elle ne se rend pas compte quand le bateau change de cap, même avec 90 degrés d’écart!

Pour me changer les idées, je rédige la première édition d’un bulletin de nouvelle que j’envoie à nos bateaux-amis.

Neptune est encore bon avec nous: nous aurons droit à plusieurs spectacles de dauphins…

Moteur: 2h45
======
EN ROUTE Newsletter
1st edition
November 22, 2016

Welcome to the first edition of the EN ROUTE newsletter, where great sea men congregate when there’s no land in sight! I volunteered to act as a email controller, so the poor souls without SSB can also have a social life. Please send me your stories!

THE DEADLIEST CATCH
Quetzal reports catching a 1-meter mahi-mahi soon after departure. The bar is now set for winning the promised bottle of wine. Don’t forget to take pictures, otherwise your fishing stories won’t be credible…

Fishing Leaderboard

Rank Fish Size (cm) Weight
1. Quetzal Mahi 100 ?

SEA ENCOUNTERS
1. There are reports of a UFO flying close to the orange buoy on the race starting line and then in the middle of the fleet. Have you seen it?
2. Light winds makes for little excitement on Tulla Mhor. However, the first sunrise while on watch was definitely special.
2. Jayana got greeted by a flock of dolphins, probably attracted by our weird looking black spinnaker.

TALES OF OUR SEA DINNERS
1. Tulla Mhor is apparently on a 18(ish) day hangover/detox… They’re going to party with a vengeance in St-Lucia!
2. Jayana celebrated Melanie 30th birthday on the day of departure. Her Italian crewmate made her a tiramisu. She’s accepting hugs as a late present on arrival.

WHAT’S FALLING APART ON YOUR BOAT?
It’s only been one day, so your boat hasn’t started to crumble apart yet. Don’t worry, it’s going to happen soon enough…

GOOD MOVES
Who’s racing out there? Jayana is so pissed after being passed by Perline that we have hoisted the pirate flag and we’re going after them full throttle. Ready the water-filled cannonballs !

JOKE OF THE DAY
A linguistics professor was lecturing to his class one day. “In English,” he said, “a double negative forms a positive. In some languages though, such as Russian, a double negative is still a negative. However,” he pointed out, “there is no language wherein a double positive can form a negative.” A voice from the back of the room piped up, “Yeah. Right.”

23 novembre (J+3)

Ambivalence dans le choix de route, la fatigue s’installe, 150 nm, 6.3 kt

Après avoir fait route principalement vers le sud, je me lève ce matin avec la résolution de suivre la route recommandée par Serge. Le moral à bord est plutôt bas car nous avons rencontré notre premier grain et les deux filles ont eu peur et n’ont pas vraiment dormi. Le système au nord nous envoie une houle de 3 mètres, ce qui impressionne certains membres d’équipage. Comble de malheur, j’oublie de ramener les lignes à pêche lors d’une manoeuvre nous finissons la journée avec un énorme spaghetti autour des safrans et de la quille…

24 novembre (J+4)

Première prise, rencontre en mer, 151 nm, 5.6 kt

Aujourd’hui encore, des dauphins viennent s’amuser dans la vague d’étrave du bateau. Nous pêchons notre première dorade, qui est toute petite mais qui nous fait quand même un souper pour l’équipage. À la tombée de la nuit, un oiseau vraisemblablement épuisé vient choir dans le cockpit. Nous l’appelons Cliquot, en l’honneur de sa nouvelle maison, offerte gracieusement par Mélanie.

Il repartira quelques heures plus tard et sera retrouvé trois semaines plus tard grâce à l’odeur de putréfaction qui se dégageait de notre rangement de pâtes. On ne sait pas trop comment il a fini par aboutir là!

25 novembre (J+5)

Pétole, dauphins et bioluminescence, 164 nm, 6.8 kt

Enfin, nous croisons un autre bateau! Un vieux gréement avec lequel nous prenons contact à la radio. Ils ont perdu certains moyens de communication, alors ils nous demandent de leur relayer la météo. L’équipage est excité à l’idée que nous puissions être près d’un autre bateau, malgré notre apparente solitude!

L’obscurité est totale en début de nuit, lorsque des dauphins viennent nager à l’étrave. La bioluminescence exceptionnelle nous permet de les voir dans l’eau partout autour du bateau. Quel spectacle!

Moteur: 5h40

26 novembre (J+6)

Seuls au monde, 140 nm, 5.8 kt

Les conditions calmes de navigation m’autorisent à faire de belles séquences vidéo de Jayana avec le code 0. Notre premier pépin important survient aujourd’hui: l’alternateur du moteur ne charge plus. Je profite de ce temps calme pour rédiger une nouvelle édition du journal pour nos amis dans la flotte.

Moteur: 9h

======
EN ROUTE Newsletter
2nd edition
November 26, 2016

Welcome to the second edition of the EN ROUTE newsletter, where great sea men congregate when there’s no land in sight! I volunteered to act as a email controller, so the poor souls without SSB can also have a social life. Please send me your stories!

THE DEADLIEST CATCH
Quetzal is on a fishing streak with 3 reported catches! Perhaps they are going to finance their crossing selling fish on the other end. Don’t forget to take pictures, otherwise your fishing stories won’t be credible…

Fishing Leaderboard

Rank Specie Size (cm) Weight (kg)
1. Quetzal Mahi 120 11
2. Quetzal Mahi 100 ?
3. Quetzal Tuna ? ?
4. Hina ? ? ?
5. Jayana Mahi 45 0.8

SEA ENCOUNTERS
1. Quetzal filmed the most amazing drone sequence of their boat at sea. Unfortunately, on the way back to the boat, the Phantom 4 had a fatal attraction toward the ocean… A proper funeral service will be held in St Lucia.

TALES OF OUR SEA DINNERS
1. Hina reports eating like kings every night, thanks to chef Gregory!
2. Quetzal can’t keep up with all the fish they catch everyday.

WHAT’S FALLING APART ON YOUR BOAT?
1. Seanachai has ripped a massive hole in their cruising chute, which put a dampener on their day. They cheered themselves up with a sausage beans and chips for supper.
2. Jayana’s iPad decided it was time to activate itself. Massive cheers to the dumb engineers at Apple who decided it was a good thing to render the device useless if it cannot communicate with Apple’s servers. We luckily had Iridium Mail installed on a phone, so we are still able to communicate. In the process, I lost a few emails for this newsletter. Sorry Femke. We also lost the alternator on the main engine.
3. Hina reported a broken halyard and David had to climb the mast to retrieve it.

GOOD MOVES
1. Jayana’s captain went for a swim in the Big Blue, to get rid of a fishing line and a lure wrapped around the propeller… Water is a warm 25.8C!

JOKE OF THE DAY
A blonde girl died in a hair salon, but why?

The hairdresser removed her earphones, from which she could hear: Breath IN, Breath OUT, Breath IN, Breath OUT

27 novembre (J+7)

Baignade dans le grand bleu, 130 nm, 5.4 kt

Aujourd’hui encore, le temps est calme. Même si nous ne sommes pas encore au milieu de notre trajet, je décide que les conditions sont optimales pour ‘baptiser’ mon équipage dans l’Atlantique nord. Éric et Mélanie sont heureux de participer et nous rions allègrement. Francesca finira par plonger elle aussi, après l’avoir menacé que nous nous moquerons d’elle pour le reste de la traversée.

Le feu de navigation bâbord (rouge) a cessé de fonctionner aujourd’hui. La lumière fonctionne toujours, mais il n’y a que 6V qui arrivent à la lumière (au lieu de 12V). C’est le signe d’un fil grugé par la corrosion.

Aujourd’hui, nous avons un petit pépin en voulant entrer le spi: les petites manilles qui retiennent la chaussette se prennent dans l’aile. Heureusement, elle se libère et nous pourrons entrer le spi normalement ensuite.

Moteur: 10h

28 novembre (J+8)

Problèmes d’énergie, 117.5 nm, 4.9 kt

Ce matin, la génératrice arrête de fonctionner avec un code d’erreur que je n’avais jamais vu auparavant. L’ennui, c’est que l’alternateur du moteur de fonctionne pas et mes panneaux solaires ne génèrent pas assez d’énergie pour assurer l’autonomie de Jayana…

Je m’attaque donc à la bête, sachant que le code 58 signifie que la température de l’échappement est trop haute. Finalement, je découvre que toutes les pales de la turbine de la pompe a eau (qui est en caoutchouc) sont arrachées et qu’elles bloquent maintenant les capillaires de l’échangeur de chaleur. Après deux bonnes heures d’intimité avec ma génératrice (et une nouvelle turbine) elle repart comme une neuve!

Plus tard, nos deux cannes à pêche sonnent le branle-bas de combat. Duo de dorade! La première sur le pont se débat avec une telle furie qu’un des hameçons du leurre se détache et je réussis à me le planter très profondément dans le pied. Aille… Avec des outils et un peu de patience, je parviens à écarter les tissus et la chair pour permettre au frein de passer sans tout arracher.

La deuxième dorade est énorme et nous permettra de gagner notre concours de pêche: 1m40!

Moteur: 8h

29 novembre (J+9)

Arrivés au sud, 140 nm, 5.8 kt

C’est dans la pétole la plus complète que nous arrivons dans la zone du courant équatorial, là ou un convoyeur devrait nous faire gagner 1-2 noeuds jusqu’à St-Lucie. Air Jayana prend de nouvelles séquences, cette fois-ci avec le code 0.

Mélanie nous cuisinera un excellent gâteau aux bananes avec pépites de chocolat noir. On attrape aussi un énorme wahoo de 9.5 livres!

Moteur: 22h

30 novembre (J+10)

Journée rapide, 136 nm, 5.7 kt

Un énorme poisson casse notre ligne à pêche et je perds mon leurre préféré. Snif! Le monstre nous porte à vive allure: 10 noeuds avec des pointes à 12 noeuds!

Pendant la nuit, Francesca réussit encore à désactiver le pilote en voulant accéder au radar. Le changement de cap du bateau me réveille et j’arrive sur le pont in extremis car le cap du bateau est franc nord et le spi est sur le point de s’abattre dans les barres de flèches, ce qu’il l’aurait assurément abîmé. Évidemment, elle ne s’est rendu compte de rien.

Éric se fait attaquer par un poisson volant alors qu’il dormait. Il se réveille avec un grand fracas qui sera tellement drôle que nous ne pourrons pas résister à la tentation de recréer ce moment magique…

Moteur: 1h40

1er décembre (J+11)

Expédition dans le mât, 131 nm, 5.4 kt

Ce matin, lors de mon inspection du agrément, je remarque une anomalie en tête de mât: la boîte de poulie qui devrait être attaché au mat pendouille au sommet de la voile: les rivets ont été arrachés par le spi au cours de la nuit.

Je décide donc de monter au mât pour tenter une réparation. La mer est quand même un peu agitée, avec des creux de 2 mètres et à 25 mètres du niveau de la mer, ce n’est pas facile de rester accroché à un mat qui fouette l’air. Je tente pendant deux heures de réparer le tout, mais sans succès. Je réussis néanmoins à trouver un moyen de gréer une poulie et une drisse de secours, ce qui nous permettra de continuer à utiliser le spi.

J’arrive sur le pont complètement épuisé, juste à temps, car un grain important nous tombe dessus avec des vents de 30 noeuds. J’interdis à Francesca d’utiliser le radar pendant la nuit. Elle présente un plus grand danger pour le bateau que les grains qu’on pourrait voir à distance.

Moteur 11h

2 décembre (J+12)

Blessure fatale pour le monstre, 166 nm, 6.9 kt

Aujourd’hui, la distance à parcourir passe sous le seuil psychologique des 1,000 miles nautique. Ce sera malheureusement journée de consternation à bord car le spi se déchire sur le balcon avant.

Cet incident malencontreux est le résultat d’erreurs et de malchances. J’aurais dû entrer le spi avant l’arrivée du grain, mais j’ai attendu les premières rafales. Lorsque j’ai évalué que c’était préférable de rentrer le spi, les manilles se sont (encore) prises dans l’aile. Cette fois-ci, la chaussette a bloqué et rien à faire, on ne pouvait pas ranger le spi. J’ai rabattu les deux côtés de sorte que l’air de pouvait plus alimenter le Monstre, mais il fascellait quand même au vent à l’avant du bateau. J’ai choisi de sortir la trinquette pour le priver de son vent. La manoeuvre a eu l’effet escompté, mais il a été aspiré vers le bateau et avant que j’ai la présence d’esprit de l’affaler de profiter de ces moments pour l’affaler sur le pont, il s’est accroché sur le pont et il a été déchiré sur 5′ d’un côté et environ 8′ au niveau de la base.

Le Monstre est la seule voile de portant de Jayana pour nous permettre d’avancer rapidement. Instantanément, nous avons perdu 2 noeuds de vitesse, et ce, pour les 7 prochains jours… Pas besoin de vous dire que le moral est rapidement tombé à plat…

3 décembre (J+13)

Opération sur le Monstre, 139 nm, 5.8 kt

Aujourd’hui, j’ai espoir que nous pourrons faire une opération sur le Monstre. On réussit à le sortir, mais c’est difficile de constater l’ampleur des dégâts en étant dans un espace réduit comme le cockpit. La voile fait 2000 pi. ca. et nous ne voyons que 50′ pi. carré à la fois! Je réalise que j’ai peu de ‘tape’ qui adhère bien sur le tissu de la voile. Serge me dit que ça peut être possible avec du duct tape, mais le mien est plutôt vieux. On essaie quand même et après avoir passé la plus grande partie de la journée à sauver le Monstre de ses blessures, le moment de vérité arrive.

Le spi est hissé et déployé pour réaliser que la déchirure est en bordure du renfort bâbord. Toute la puissance de la voile est à cet endroit et il est impossible de penser que notre duct tape tiendra plus de quelques minutes.

Je suis néanmoins satisfait car nous avons tout fait pour le sauver. Nous n’avons d’autres choix que de continuer avec grande voile seulement.

Cette nuit, nous aurons notre pire nuit avec plusieurs grains, éclairs et pluie.

Moteur: 4h

4 décembre (J+14)

Wahoo!, 147 nm, 6.1 kt

J’ai égayé ma journée avec la rédaction d’un nouveau bulletin de nouvelles pour nos bateaux-amis. Nous avons croisé une bouée de météorologie (Mid-Atlantic de la NOAA) à la tombée de la nuit, ce qui est impressionnant quand on pense qu’elle est ancrée par 4km de fond…

Cette nuit, le vang est tombé… La clovis pin a réussi à se frayer un chemin hors de son trou et la bôme n’était soutenu que par la grande voile. Ce fut le branle-bas de combat pendant une trentaine de minutes, mais la réparation s’est complétée avec succès assez rapidement.

========

EN ROUTE Newsletter
3rd edition
December 4, 2016

Welcome to the third edition of the EN ROUTE newsletter, where great sea men congregate when there’s no land in sight! I volunteered to act as a email controller, so the poor souls without SSB can also have a social life. Please send me your stories!

THE DEADLIEST CATCH

Many boats are sending me their fishing stories and it seems we all share a common challenge: our stock of lures is rapidly being reduced by the sea monsters we can’t haul out. Some are now making their own lure, I wonder if your creations will be more effective than the one you bought…

I think Hina deserve a special mention for a catch that we won’t be able to match: a 25×20 floatsam tank! Don’t forget to take pictures, otherwise your fishing stories won’t be credible…

Fishing Leaderboard

Rank Specie Size (cm) Weight (kg)
1. Jayana Mahi 140 13.5
2. Quetzal Mahi 120 11
3. Ocean Diamond Tuna ? 10 kg
3. Quetzal Mahi 100 ?
4. Quetzal Mahi 80 4.0 kg
5. teamgeist Mahi ? 3.8 kg
6. Hina Mahi 77cm ?
7. Hina Mahi 53cm ?
8. teamgeist Mahi ? 1.8 kg

SEA ENCOUNTERS
1. A duel has been raging on for days between Mila II and Hina. The race continues, but it seems Hina has currently the edge.
2. Jayana spent a day with a 3-mast cruise ship. It arrived next to our position at 12 knots, them deployed their sails for a leisurely 3-knot day sail. At sunset, they resumed their (motoring) journey toward the Caribbean.

TALES OF OUR SEA DINNERS
1. Hina reports that they had a celebration for Saint-Halfway yesterday. Captain ordered that everyone used a ration of fresh water for cleaning up (and perhaps smell less), followed by foie gras and cocktail. Even Hina had her share.
2. teamgeist also have extraordinary meals, especially on Thursdays as in Germany, Thursday is Sailor’s Sunday. Extra rations of beer!
3. Ocean Diamond II is saddened by the lost of Phillip the Flying Fish. The poor fellow was buried at sea after an appropriate ritual ceremony. Everyone onboard remains with vivid memories of Philips last expression: “O”.
4. Ocean Diamond II reports that the SSB net had a joke competition finals with the theme “Christmas”. Can wait to hear the winning joke!

WHAT’S FALLING APART ON YOUR BOAT?
1. teamgeist is satcom is back after 10 days! They report multiple failures:
– horseshoe at the boom for the main sheet broke, that was a big bang. Repaired with spares
– genoa furling rail broke. Darn electric winches! Fixed but hoping it will last until St-Lucia.
– hole in the gennaker. fixed with tape
– macerator blocking. (What a nice job to repair while under way!). Problem induced by long-haired humans.
2. Ocean Diamond II is also having a few issues:
– lost port and starboard navigation lights, so running under emergency lights.
– water in the bilge and don’t know the source.
3. Jayana is slowing crumbling down:
– one of the mainsail batten cart exploded. Will be replaced tomorrow.
– found a hole in the hull. A catamaran smashed us in Myconos and while the exterior gelcoat was fixed, water is now entering the delaminated fiberglass area.
– the spinnaker halyard ripped the pulley at the top of the mast from its rivets. Climbed in the mast to repair, but could not remove the old rivets. Installed a temporary pulley with an external halyard.
– ripped the parasailor on the balcony: two 5′ rips forming a “L”. We don’t have enough tape to repair the whole area. Might attempt a McGiver solution with duct tape.
– Fuel indicators are gone. Main engine alternator is out.

GOOD MOVES
1. Hina reports an express pit stop in Cape Verde last Sunday. They could get a feel of the place, restock on products and fuel but most importantly, replace their spinnaker halyard.
2. Teamgeist opted for the arctic (north) route, which required all their warm clothing but was significantly faster. They are now only 444 miles from St-Lucia!

JOKE OF THE DAY
An engineer, an accountant, a chemist, a computer nerd and a public servant are all bragging out about having the most extraordinary dog.

To demonstrate, the engineer says to its dog: “SquareRoot, show us what you do.” The dog goes to a desk, take a piece of paper and draw a square, a circle and a triangle.

The accountant orders his dog: “Spreadsheet, show them your talent”. The dog goes in the kitchen and come back with a dozen of cookies and place them in 3 equal piles of 4 cookies.

The chemist pretend his dog will fare better: “Thermometer, do your number”. The dog opens the fridge, fetch the milk, get a 10-oz glass and poor exactly 8-oz without spilling a drop.

The computer nerd believes he can win this: “HardDrive, impress them!” His dog turns on his computer, launch the auto-virus, send an email and install a new game.

The four men then turn to the public servant. “And you, want can your dog do?” “CoffeeTime” he says, “show them your talent”. The dog went on to eat the cookies, drink the milk, erase all files from the computer, then sexually assaut the engineer’s dog, pretend to have hurt his back at work, fill in the proper form and obtain a six-month leave with pay.

5 décembre (J+15)

Sushis, 140 nm, 5.8 kt

Nous avons préparé nos premiers sushis du voyage avec le wahoo de la veille. Quel bonheur de se préparer des petits plats uniques en savourant notre poisson frais! Nous avons rencontré le grain qui nous a apporté le plus de vent du voyage (37 noeuds)…

Le temps s’est calmé en soirée et nous nous sommes organisé une petite-soirée cinoche. Le film à l’affiche: Master & Commander.

Moteur 4h

6 décembre (J+16)

Pluie, 141 nm, 5.9 kt

Aujourd’hui, j’ai reçu des nouvelles d’un autre bateau, Hugo et leurs mésaventures avec les poissons volants nous ont bien fait rire. Alors que nous étions en train d’en parler, j’ai vu un énorme poisson sauter aussi haut que les panneaux solaires et retomber à côté du bateau. Il était si près qu’il a failli atterrir dans le cockpit! Ça m’a pris quelques secondes pour réaliser qu’il était ferré à la canne à pêche… Or, celle-ci n’était même pas à l’eau: le calmar en plastique traînait à la surface de l’eau derrière la plage arrière! Ce fut une très belle prise quand même, un wahoo de 1.38 mètre!

Cet incident m’a permis d’élaborer la théorie de la conspiration des poissons volants, que j’ai inclus dans mon bulletin de nouvelles qui sera envoyé demain…

En soirée, un poisson volant kamikaze a frappé directement la commande du moteur. Le moteur s’est emballé quelques secondes jusqu’à ce qu’Éric réalise ce qui s’était passé…

Moteur 3h

7 décembre (J+17)

???, 151 nm, 6.3 kt

L’instrumentation Raymarine a décidé de nous jouer des tours aujourd’hui. Toute l’instrumentation a arrêté de fonctionner, incluant le pilote automatique. J’ai isolé le problème à un joint en “T” qui relie le loch et le profondimètre au reste des instruments. En enlevant cette pièce, nous avons retrouvé notre pilote…

Éric se lance dans le métier de boulanger et fabriquera son premier pain à vie!

La voûte céleste est magnifique ce soir…

======

EN ROUTE Newsletter
4th edition
December 7, 2016

Welcome to the fourth edition of the EN ROUTE newsletter, where great sea men congregate when there’s no land in sight! I volunteered to act as a email controller, so the poor souls without SSB can also have a social life. Please send me your stories!

THE DEADLIEST CATCH

I have received numerous reports that hordes of flying fishes have launched a coordinated attack on many boats and their crews in the past few days. Here on Jayana, Eric was enjoying a nice evening nap in the cockpit when one of those beast smashed him on the face, leaving a trail of scales and nauseous smell all over. On Hugo, they have been besieged with squadrons of kamikaze flying fish which launch at both their hulls. With increasing precision, these flying projectiles are now hitting the deck and of their main target, the helmsman. Despite repeated attempts of invasion, the enemy has retreated and now developing different tactics. They believe they are to blame for blocking the holding tank outlet.

At first, we thought these reports were exaggerated and just incidents of stupid fish flying randomly at night. Last night, we had another incident that validates the conspiracy theory against ARC participants. We were enjoying a glass of red wine in the cockpit when a gigantic projectile launched from the sea, went higher then our solar panels and barely missed the cockpit. After the initial shock that we could have been killed, we realized that something was hooked on our fishing line, which was dangling next to our stern. After a perilous battle, we captured what we believe is a commander in the flying fish attacks: a 1.38m wahoo. Not only content of stealing all our boats of fishing lure, the monsters fishes are instructing their kamikaze cousins to attack us. This battle is raging on and we should also coordinate or efforts and strike back.

We now have a master plan: capture the failed kamikaze and turn them to zombies. That should allow us to capture more of the commanders-in-chiefs. Here’s the plan once you have capture an enemy: get a big hook and some stainless steel wire. Attach both firmly together. Offer your hostage its last pleasure (some might argue that is takes lubrication, but you might like it rough) by sodomizing your victim with the wire. Once you get the wire from the mouth, make a tight turn around the head (to prevent decapitation) and route again in mouth to attach to your fishing line. If we have enough zombies in the waters, we might finally catch the mastermind behind all these attacks.

Fishing Leaderboard

Rank Specie Size (cm) Weight (kg)
1. Jayana Mahi 140 13.5
2. Jayana Wahoo 138 13,4
3. Hugo Mahi 133
4. Quetzal Mahi 120 11
5. Ocean Diamond Tuna ? 10 kg
6. Quetzal Mahi 100 ?
7. Hugo Barracuda 100
8. Quetzal Mahi 80 4.0 kg
9. teamgeist Mahi ? 3.8 kg
10. Hina Mahi 77cm ?
11. Hina Mahi 53cm ?
12. teamgeist Mahi ? 1.8 kg

SEA ENCOUNTERS
1. Jayana reports that the “Middle Atlantic” ODAS buoy is still blinking its yellow light at 14 degree 18 minutes N by 46 degree 08 minutes W. Can someone explain us who would think it’s a good idea to anchor a buoy there, in more than 4km of depth?
2. Hugo reports receiving and AIS signal for a few minutes from another yacht. They got excited, but it disappeared quickly. They haven’t seen a boat for 10 days and already forgot what company looks like.

TALES OF OUR SEA DINNERS
1. The commander-in-chief wahoo that almost landed in Jayana’s cockpit made great sushi! Wahoo is definitely better than mahi when eaten raw.
2. Hina believes mutineers are onboard Jayana and they could be responsible for the string of bad lucks that we are experiencing. They name Melanie as top conspirer has frequently been invoked. Captain is currently evaluating his option, including “The Plank”, to restore order on his boat.

WHAT’S FALLING APART ON YOUR BOAT?
1. Hugo
– code 0 is torn 1m down the leech. Live slow, sail slower.
– black water holding tank blocked. They spend 3 days quality time with their head, pulling it apart with no luck. As said before, more likely a result of those pesky flying fish.
– ‘Ray’ the auto helm died after bleeding to death its hydraulic fluid. Amazingly, he could be revived after 5 days after getting advices from a doctor on land. The patient is still weak and only fit for light night-time duties.
– 2 deck leaks into both port and starboard hulls after countless squalls, storm fronts and a very large electrical storm.
– accidental flood in the master’s bed.
– broken preventer after flooding around for 14 days in no breeze and choppy seas

Mr Bean, the coffee machine is working hard at sustaining life for all onboard!

2. Jayana’s Monster, our 210 m2 parasailor is officially dead. No amount of duct tape could fix its wounds. He will be dearly missed for the remaining of this downwind leg.

3. Hina reports having a love affair with their mast at sea. They already enjoyed lubricating their masthead pulleys at least two times. We have to respect everyone’s fantasies!

GOOD MOVES
1. After a nude dance on deck in a big squall, singing “Riders on the Storm”, Jayana’s main engine alternator went back to life! Who ever doubted voodoo could not cure boat problems?
2. Hina enjoys so much their time at sea that they have already started to slow down. They have nice winds, enjoying a nice ride under wing-on-wing. They try their spi and gennaker a few hours here and there, but memories their broken halyard in the first few days are haunting them. Probably the mast pulley is blocking when under tension and eat in the halyard.

LOOKING FORWARD
Hugo and Hina are looking forward to the best-of-the-world rhum that Dominic (St. Lucia tourism minister) promised. Perhaps I propose him to sponsor a get-together among EN ROUTE Newsletter subscribers at arrival?

JOKE OF THE DAY
An old lady presents herself at the Bank of Canada with a big bag of money. She insists to talk to the bank president because she wants to open a new account because, she insists, she has a lot of money. After many discussions (and the customer is always right), an employee bring her to the president office. He asks: “How much would you like to deposit?”. She says “165,000$” and deposit the bag containing the money on his desk.

Curious, the president ask her how she could have saved that sum of money. The old lady responds that she’s doing bets. Surprised, the president asks: “what type of bets?” The old lady replies “Like, I bet you $25,000 that your testicules are square”. The president starts to laugh and remarks that those bets are impossible to win. She then says: “Would you like to bet?”. “Of course!” says the president. “I bet you $25,000 that my testicules are not square”. The old lady then says: “OK, but our bet involves a large sum of money, I will come back tomorrow with my lawyer as witness, if you don’t see this as an inconvenience.” “No problem” responds the president, very confident.

That evening, the president starts to be nervous about his bet and spend a long moment in front of the mirror, examining his testicules, turning them on all sides to ensure without doubts that they could never be considered square and unequivocally, win the bet.

The next morning, the old lady is at the president office at 10am sharp. She presents her lawyer and confirms the bet of 25,000$ to the effect that the president’s testicules are square. The president confirms that this bet is in accordance to the discussions held the day before. The old lady then ask him to drop his pants so that she could see the whole deal. The president eagerly drops his pants and she old lady ask if she can touch. “Of course” the president says. “Considering the sum involved, you have to be assured 100%.” The president then note the strange behaviour of the lawyer, who’s banging his head on the wall. He then ask the old lady why he was exhibiting this type of behaviour. She replies that it’s probably because yesterday, she had bet with him $100,000 that around 10am, she would held in her hands the testicules of the president of the Bank of Canada.

8 décembre (J+18)

???, 156 nm, 6.5 kt

J’ai eu une longue conversation avec Francesca aujourd’hui. Il y avait trois points que je devais adresser: son attitude négative qui devient corrosive pour les autres membres d’équipage, son manque de productivité (elle ne fait que dormir quand elle n’est pas de quart) et l’énorme écart de compétences entre son c.v. et la réalité.

La source de sa négativité est reliée à son angoisse permanente et ses peurs, qui teintent chaque soupir, chaque expression et chaque phrase. Elle sauterait dans le radeau de survie dès qu’elle entend qu’il y a quelque chose qui est tombé en panne. Elle se bouche les oreilles quand on parle des risques de frapper un conteneur. Elle soupire d’exaspération à chaque fois qu’un poisson mord sur nos lignes.

Même avec 3,000 miles nautiques sur la mer, elle est incapable de regarder dehors pour observer les nuages. Elle a les yeux rivés sur le radar et l’AIS, comme si les instruments étaient plus fiables que nos propres observations. Pourtant, quand le bateau change de cap, elle ne peut lire les instruments, le compas ou même sentir que l’assiette du bateau par rapport aux vagues est en train de changer. Elle représente pour moi l’antipode des valeurs qui doivent être privilégiées dans un capitaine: le calme pour prendre de sages décisions en cas de problème majeur et surtout, une personnalité qui inspire la confiance et le respect des membres d’équipage.

Une traversée, c’est aussi un moment pour réfléchir sur soi. Je crois qu’elle a été confrontée à ses peurs et à son angoisse pendant ces deux dernières semaines et elle doit en tirer des leçons. À mon avis, ce qu’elle veut n’est pas en ligne avec ce qu’elle est. J’espère seulement qu’elle va en tirer des leçons pour elle-même et pour les autres.

Neptune semble avoir été de mon avis, car le soir même, alors qu’elle était couchée dans le cockpit, un poisson-volant l’a attaqué de plein fouet. Il l’a enveloppé d’un nuage d’écailles et d’odeur de poisson. Elle hurlait de peur et après que la panique se soit estompée, elle est retournée dans sa couchette pour continuer sa nuit. À sa grande stupéfaction, un autre poisson volant, mort celui-là, la regardait à partir du confort de son oreiller. Il était entré par le hublot, avec rebondi sur le mur et avait atterri là, juste à l’endroit où elle voulait placer sa tête. Elle hurla à nouveau, sortie à l’extérieur pour terminer en dégobant son souper sur la plage arrière.

9 décembre (J+19)

Le code 0 fait la banane, 171 nm, 7.1 kt

Aujourd’hui, nous avons failli pêcher un bel espadon… Nous avons réussi à le ramener jusqu’à la jupe arrière du bateau, mais Éric l’a mal crocheté et d’un coup de queue, il a réussi à désarçonner Éric, casser la ligne et à se libérer…

Un peu plus tard en journée, je réussis à capitaliser sur le vent qui vient légèrement sur bâbord pour déployer le code 0. Il nous fait gagner 1.5 noeud et c’est un rythme qui nous remonte le moral. Lors d’un virement de bord cependant, il arrive un pépin avec l’emmagasiner et le spi se déroule et un noeud se crée dans le tier supérieur de la voile. On doit absolument l’affaler pour rectifier ce problème. Le noeud est trop serré pour être défait sur le pont, alors on amène la voile en arrière pour avoir plus de place. On réussit à remettre la voile en état, mais cela nous a demandé tout l’après-midi. On décide donc de la plier et de ne plus l’utiliser d’ici la fin de la traversée.

10 décembre (J+20)

Retrouvailles intenses

Je suis le premier à avoir vu les montagnes de Sainte-Lucie: “Terre en vue!!!”. Après 20 jours en mer, on a bien hâte de se retrouver dans un environnement silencieux, qui ne bouge plus. Les heures nous ont semblé longues et avec la convergence des bateaux vers la ligne d’arrivée, nous avons constaté à quel point nous traînions de la patte avec seulement notre grande voile. On se faisait dépasser allègrement par des bateaux qui devaient être pas mal moins rapides que nous. M’enfin, je réalise que j’aurais dû prendre plus de précautions avec le Monstre. Mes prochaines traversées seront bien différentes, tant au niveau de l’équipage que de l’équipement pour le vent arrière.

Aussitôt que la ligne d’arrivée était en vue, un zodiac avec un photographe nous a accueillis. Il a réussi à prendre de bien belles photos de nous, mais ses tarifs exorbitants…

Notre moment fort a été de voir un dinghy foncer sur nous pour saluer notre arrivée: l’équipage de Teamgeist venait avec des bières froides et de larges sourires nous accueillir. Wow! Une vraie camaraderie entre gens de la mer… Ce n’était pas fini, car au moment que je commençais à me diriger vers l’entrée de la marina, lorsque toutes les voiles ont été affalées, j’aperçois un bateau canadien qui semble venir à notre rencontre. Je suis ébahi de constater que Marco du bateau Invinctus, qui nous suit avec notre blogue, était resté pour nous accueillir. Wow! Merci!!!!!

Jayana était à peine amarré que j’ai pu sauter dans les bras de Sounda et des enfants. De véritables boules d’amours ont été ma plus belle des récompenses. J’étais tellement heureux de retrouver les miens après toutes ces péripéties.

Avec près d’un mois et demi de retard, je vous offre le récit de mes aventures lors de la traversée de l’Atlantique de Jayana. Évidemment, il y a des histoires de pêche, des avaries et des problèmes d’équipiers, mais rien qui ne vient réduire l’immense fierté que je ressens d’avoir à nouveau franchi l’océan à la voile.

9 comments

  1. Comment by Mathieu

    Mathieu 29 January 2017 at 11:15 am

    Super recit Sylvain. A bientot on l’espère un jour ?

  2. Comment by Hélène

    Hélène 29 January 2017 at 11:53 am

    Mon coeur palpite encore suite à la lecture de toutes tes aventures très cher Sylvain. Tu es un capitaine d’une grande exception, tes qualités de rédacteur et tes valeurs humains sont une source d’inspirantion. Merci de nous partager tes expériences et ton Amour inconditionnel pour la voile. Continue de rêver ta vie!
    Au grand plaisir de vous revoir ?

  3. Comment by Mélanie

    Mélanie 29 January 2017 at 1:07 pm

    Merci Capitaine de nous faire revive les moments forts de la traversée. C’est surtout intéressant de te lire et de découvrir la façon dont tu l’as vécue. Cet accomplissement, puis ce sentiment de fierté qui en découle restera à jamais gravé dans nos mémoires, grâce à toi.

  4. Comment by serge

    serge 29 January 2017 at 3:07 pm

    Merci de partagé, on s’en bien les multiples émotions que vous avez véçus. L’histoire de la rébellion des poissons volants est vraiment bonneé

  5. Comment by Olivier

    Olivier 29 January 2017 at 7:46 pm

    J’ai lu… J’ai ri… J’ai écarquiller grand mes yeux dans le bleu Océan… Vous y rencontrant si touchants, j’ai goûter vos sushis à travers mon écran… Dans l’intensité des moments du couchant, enivré par l’aventure, je buvais l’eau de la route de Jayana

    • Comment by Sylvain

      Sylvain 30 January 2017 at 9:04 am

      Quelle poésie cher Olivier! 🙂

  6. Comment by Jean Ladouceur

    Jean Ladouceur 30 January 2017 at 12:07 pm

    Que dire de cette traversée épique ! Ton récit me donne une certaine idée de ce que tu as pu vivre, mais j’imagine que de le vivre réellement doit en signifier cent fois plus pour toi et ton équipage ! Ton comportement de capitaine en dit long sur ta force de caractère, mais aussi sur ta sensibilité. Je devine qu’une partie importante de tes pensées devait tourner autour des retrouvailles avec les tiens. La superbe photo de ton arrivée me dit que toute ton expédition se résume dans cette scène d’amour à nous émouvoir profondément. Merci Sylvain !

  7. Comment by Chantal

    Chantal 31 January 2017 at 10:09 pm

    Touchant de te rencontrer.. et touchant de te lire ! wow bravo pour le récit merci pour le partage ..nous te suivons ..Chantal et Marco Invictus1 ⚓️

  8. Comment by jerome

    jerome 2 February 2017 at 1:05 pm

    salut sylvain,felicitation, tres beau recit qui montre toutes les qualités et la diplomatie qu il faut avoir pour faire un capitaine.

Comments are closed.

Go top