Lettre à Jayana

8 septembre 2017

7 septembre 2017 @ 20:00

Chère Jayana,

Ma fidèle compagne de voyage. Je suis dévasté depuis que je t’ai quittée, il y a quelques heures. Je t’abandonne alors que tu t’apprêtes à livrer le plus grand combat de ta courte existence. J’ai l’impression de te trahir, de te laisser aux mains de la grande faucheuse alors que tu as veillé sur moi et notre famille au fil de nos petites et grandes navigations. Six années ponctuées de bons moments et de moins bons, mais surtout, une grande aventure qui laissera une trace indélébile dans la vie des quatre personnes que tu as convoyées si confortablement.

Comment ne pas se rappeler ce beau jour de novembre, où tu es arrivée toute de blanc vêtue, à bord de ton cortège qui faisait tourner toutes les têtes. Tu étais magnifique, resplendissante, majestueuse. Ce fut le début de notre belle histoire d’amour et je ne compte plus les nuits qui ont été passées pour te trouver l’équipement qui te conviendrait parfaitement. Lorsque tu as été fin prête pour ton baptême et quelques semaines plus tard pour ton voyage inaugural, tu as su nous montrer ton caractère et j’ai peu à peu appris à apprivoiser tes petits caprices.

Au fil des mois et des miles nautiques, tu m’as enseigné à te chevaucher en solitaire et me permettre de m’enivrer de cette liberté qu’on ressent lorsqu’on met le cap sur une mer vierge. Tu m’as guidé vers des gens extraordinaires et des paysages paradisiaques. L’année suivante, tu nous as amené vers la plus grande aventure de notre vie: deux traversées océaniques, un aller-retour sur la Méditerranée et des bords aux Antilles pour ainsi caboter dans une trentaine de pays et territoires. Bien que le voyage nous a saturé les yeux d’images extraordinaires, c’est surtout le grand voyage intérieur que tu nous as permis de vivre qui restera le plus grand dividende de cette belle aventure. Grâce à toi, la complicité des enfants a été élevée à un autre niveau, de même que toutes les relations entre les membres de la famille. Tu nous as montré que le bonheur est pleinement vécu au présent, sans se soucier du futur et sans s’accrocher au passé.

Bien sûr, j’ai souvent pesté contre toi. Je maudissais tes créateurs, ta génératrice et ton équipement électronique. Avec le temps, on a appris à modifier, améliorer et transformer tes systèmes. Mais ce n’était que des détails comparativement à ce que tu avais à nous offrir. Je n’ai jamais encore rencontré un monocoque aussi agréable à vivre et je suis autant en amour avec toi qu’au premier jour.

Maintenant que notre grand voyage est fait, j’espérais te trouver quelqu’un d’honorable, qui saurait te bichonner autant que je l’ai fait. Peut-être que tu aurais pu, à lui aussi, lui permettre de réaliser un rêve d’aventure et de découverte. J’ai longuement hésité dans mon choix de te laisser en Floride, car j’aurais aimé te faire découvrir le lac Champlain. Mais cette enclave où tu aurais été prisonnière ne te convenait guère. Tu aurais voulu t’échapper pour retrouver l’infinité des couleurs de bleus des Bahamas.

C’est suite à cette décision que tu m’attends sagement en Floride, avec je le sais, l’espoir de retrouver tes ailes et de repartir vers d’autres contrées lointaines. Avec toute la naïveté que je te connais, tu vis ton bonheur au quotidien sans te soucier des nouvelles négatives qui polluent l’esprit des gens. Cependant, un grand danger s’approche rapidement est c’est pourquoi je suis venu inopinément te revoir. Je t’ai paré de nouveaux cordages, de nouvelles défenses et délesté de près d’une tonne de poids. Tu as retrouvé ta ligne de flottaison de tes premiers jours et si j’avais pu, je t’aurais accompagné volontiers pour tirer quelques bords sportifs. Tu sais que je craque pour toi quand tu as un safran qui sort hors de l’eau…

Lorsque tu liras cette lettre, il ne te restera que 36 heures de calme et sérénité. Ensuite, les vents se déchaîneront et tu seras, bien malgré toi, au coeur du plus terrible ouragan de l’histoire récente. Comparativement au coup de vent que nous avons affronté à Leucate, ce sera le double du vent. Tu vivras pour la première fois la montée des crues cyclonique, qui va probablement engloutir le quai qui se sert d’attache. Tu es bien préparé pour affronter tous les dangers de la mer, mais ce n’est pas ceux-là que je redoute de plus. Étant au coeur d’une grande ville signifie que les vents arracheront toits, tuiles, arbres et toute une panoplie de débris feront autant de projectiles qui s’écraseront partout, incluant sur le pont des bateaux.

Avec toute la naïveté que je te connais, tu n’as sans doute pas remarqué que nos voisins, ces bateaux moteurs typiquement américains, sont plutôt mal-aimés de leurs propriétaires. La plupart n’ont même pas daigné venir préparer leur bateau pour leur donner de bonnes chances de s’en sortir face à cette calamité d’Irma. Il existe un seul espoir pour t’en sortir indemne: prier Éole et Neptune pour que des vents latéraux soient suffisamment forts pour que ces bateaux soient entraînés loin de toi. Les 3 bateaux au nord ne vont pas tenir plus de 30 minutes dans les vents d’Irma. Le 80′ au sud ne tient que par la peur et entamera une lutte à la vie, à la mort contre le quai de béton. Tant que ce dernier ne sera pas submergé, il te protégera de ton assaillant…

J’aurais tant aimé livrer cette bataille à tes côtés pour, comme toutes les autres que nous avons eues, savourer la victoire en ta compagnie. Face aux éléments qui seront déchaînés, je ne suis pas de taille pour t’apporter la moindre aide. Je suis certain que tu comprends aussi qu’il y aurait un réel danger pour ma sécurité. C’est ainsi que je t’abandonne à ton destin, celui de livrer une grande bataille contre Irma.

Je te souhaite, au nom de toute la famille, de faire honneur à ton nom* et de revenir victorieuse de ce dernier combat aux proportions épiques.

Ton capitaine.

*Jayana signifie celui qui revient avec la victoire en sanskrit.

Chère Jayana, Ma fidèle compagne de voyage. Je suis dévasté depuis que je t’ai quittée, il y a quelques heures. Je t’abandonne alors que tu t’apprêtes à livrer le plus grand combat de ta courte existence. J’ai l’impression de te trahir, de te laisser aux mains de la grande faucheuse alors que tu as veillé sur moi et notre famille au fil de nos petites et grandes navigations.

11 septembre (2 jours après Irma)
Je vous remercie infiniment pour tous les merveilleux commentaires que vous nous avez laissés. Vos pensées ont probablement aidé à chasser Irma vers l’ouest de quelques centaines de kilomètres, ce qui a relativement épargné tous les bateaux de Fort Lauderdale.

Jayana s’en est sorti relativement indemne, avec seulement deux petites cicatrices. Le frottement de deux cordages sur la coque pendant des heures a abîmé légèrement le gelcoat sur bâbord et l’arche d’aluminium sur l’arrière.

Merci la vie et longue vie à Jayana!

25 Commentaires

  1. Commentaire par Denise

    Denise 8 septembre 2017 at 6:51

    J’espère de tout cœur que ton bateau sera protégé des Dieux et sortira indemne de cette grande tempête. Ma tante Irma, la soeur de grand-papa, pourrait bien le protéger.

  2. Commentaire par therese

    therese 8 septembre 2017 at 7:57

    ,,,comme ils disent si bien:
    pray the Lord and hope for the best…
    bonne chance!

  3. Commentaire par Jeanne Morin

    Jeanne Morin 8 septembre 2017 at 9:01

    Soyez tous bénis: Sylvain, ta famille et Jayana. Je suis de tout coeur avec toi et les tiens. J’ai le prénom d’Irma dans mon baptistère. C’était le nom de ma grand-maman. Je fais la demande d’une protection spéciale pour Jayana. Courage, confiance, espérance et beaucoup d’Amour. XXXXX

  4. Commentaire par Marie lise

    Marie lise 8 septembre 2017 at 9:05

    De tout coeur avec toi!

  5. Commentaire par Silvie Jauvin

    Silvie Jauvin 8 septembre 2017 at 10:56

    Je m’incline devant Ton immense talent Capitaine, ton texte est un joyau étincelant qui démontre ton respect, ta sensibilité et ton attachement envers ta fidèle monture qui se battra jusqu’à la mort pour garder vivants tous les merveilleux souvenirs de votre odyssée et de son maître si fidèle… ! Puisse Jayana survivre à Irma afin de poursuivre sa grande destinée…

  6. Commentaire par Chantal

    Chantal 8 septembre 2017 at 12:57

    Très beau témoignage. Courage !

  7. Commentaire par RoumA

    RoumA 8 septembre 2017 at 1:05

    Notre voilier est lui aussi à l’eau en Floride, à Hallandale Beach.
    J’avais de la difficulté à ressentir quelque chose pour mon voilier, je me donnais pas le droit avec tout ce que les gens subissent présentement, je me disais ce n’est que du matériel. Quand j’ai lu cette lettre, j’ai tellement pleuré, mon RoumA, celui qui nous donne tellement de joie, de plaisir et de liberté, je peux maintenant ressentir mes émotions grâce à cette lettre.
    MERCI au capitaine de Jayana …xxx

  8. Commentaire par Deschiens mireille

    Deschiens mireille 8 septembre 2017 at 1:33

    Merveilleux message d’amour…..votre bateau que vous considérez en tant qu’être humain, à tissé ses liens avec vous et votre famille et vous le rendra. …il va se battre et vous allez le retrouver, amitiés marines

  9. Commentaire par Yves

    Yves 8 septembre 2017 at 3:36

    Très touchant comme message. On sent bien toutes les emotions qui t’habitent…..

  10. Commentaire par o

    o 8 septembre 2017 at 5:20

    nous avons subi le cyclone PAM catégorie 5 il y a 2 ans au Vanuatu, et notre bateau “Musique” a été un des 4 seuls bateaux survivants de la centaine de bateaux qui attendaient fébriles que Pam passe son chemin.
    je pense bien à vous tous, capitaine de Jayana et les autres
    courage…

  11. Commentaire par Bernard

    Bernard 8 septembre 2017 at 7:30

    Lettre d’une beauté et poésie indescriptible…J’ai chaudement pleuré en la lisant et je pleure encore en écrivant ceci. Je l’ai partagée sur Facebook avec la mention suivante:

    D’une sensibilité touchante. C’est très beau, et oui, j’ai pleuré….Tant d’images viennent me chercher, moi dont le premier voyage du Lac Champlain vers les Bahamas s’est fait en solitaire, du moins jusqu’en Floride, puis un autre cinq ans plus tard, avec Chantale mon épouse. Mère Nature nous avait montré à quelques reprises c’était qui le maître….Dans mon bateau qui nous a menés contre vents et marées, en sécurité, je sais exactement ce que le propriétaire de Jayana ressent en ce moment. À lire…par tout ceux dont le bateau les a amenés ailleurs…Beaucoup de poésie et de tendresse envers…Jayana…

    merci, capitaine, pour cette merveilleuse lettre d’amour. LadyLay n’a pas cette belle prestance comme Jayana, ayant quelques décennies de navigation de plus dans le corps. Mais elle ne m’a jamais laissé tomber, dans 50 nœuds de vent à Black Point ou dans un orage violent à Titusville…Pour certains, ce ne sont que de la fibre de verre, de l’acier inoxydable, et de la guenille…Pour d’autres, ce bateau est vivant, et me garde vivant… merci…

  12. Commentaire par David Taylor

    David Taylor 8 septembre 2017 at 7:48

    On vous souhaite de retrouver Jayana telle que vous l’avez laissée, forte, belle et à la hauteur des aventures que vous avez encore à partager…

    Lynda et David

  13. Commentaire par arsenault

    arsenault 8 septembre 2017 at 8:27

    Sans vous connaître, je peux ressentir la douleur éprouvée face à ce qui s’en vient. Étant le papa d’un fils qui revient tout juste d’un périple en mer de neuf mois avec sa famille à bord de son bateau le “Thalasso”, mon cœur est triste et je prie pour que le vôtre soit épargné.
    Sincèrement, Raympnd

  14. Commentaire par Chantal

    Chantal 9 septembre 2017 at 1:45

    Quel beau texte! Connaissant Jayana et sa force ,elle saura passer à travers ce passage obligé! Bon courage ⚓️

  15. Commentaire par Nadia

    Nadia 9 septembre 2017 at 6:42

    Je pense à toi xx

  16. Commentaire par Jean Ladouceur

    Jean Ladouceur 9 septembre 2017 at 8:33

    Sylvain, ta lettre à Jayana est tellement remarquable et inspirante que je me dois de te remercier pour les belles vibrations que je ressens. Je l’ai relue quelques fois et j’y retrouve ton ouverture et ta grandeur d’âme.
    Je me dis que si Jayana pouvait s’exprimer, il te dirait aussi de très belles choses. Sans Malika, Maël, Lohan et son valeureux capitaine pour l’habiter et le diriger, il doit se sentir bien seul ! Comme nous savons, Jayana doit affronter la colère d’Irma l’ouragan, tout à l’opposé d’Irma la Douce, mais certains dirons qu’il suffit d’envoyer ses petits lutins dans le grand Univers pour lui demander de modifier les grandes forces de la nature qui sont en mouvement.
    Les choix sont peu nombreux dans le moment présent, mais je crois fermement qu’une conscience plus élevée de l’humanité peut changer bien des choses sur le long terme en ce qui concerne les conditions de vie sur cette planète.
    Sounda me disait avec émotion que c’est attristant de voir toute cette destruction (je pense aux merveilleuses îles que vous avez visitées et appréciées), mais encore bien davantage, lorsque nous voyons la misère de tant de gens qui se retrouvent devant rien.
    Il n’y a pas de paradis nulle part sur cette planète, le seul dont je peux disposer est celui que je cultive en mon intérieur et qui me suit partout où je vais.
    Mes petits lutins sont déjà partis et voilà que les spécialistes commencent à parler d’une légère déviation d’Irma vers l’ouest de la Floride. En 24 heures il peut se passer bien des choses !

  17. Commentaire par duc

    duc 10 septembre 2017 at 3:10

    Hâte d’avoir de vos nouvelles…

  18. Commentaire par Guy Nadeay

    Guy Nadeay 10 septembre 2017 at 10:20

    A la famille de Jayana,

    Je viens tout juste de prendre connaissance de votre lettre à votre chère Jayana et je dois vous avouer avoir été très ému à sa lecture, moi qui vous suit depuis environ les 4 dernières années à travers votre site des plus extraordinaire. Jamais je n’ai vu un site de voyage en mer aussi bien structuré et bien écrit que le vôtre par la qualité des textes, des images et video. Je dois vous avouer être quelque peu triste de constater que votre périple est maintenant terminé. J’adorais vous lire périodiquement ce qui me permettait de vivre un voyage autour du monde et je dois le dire vous envier très souvent. Sans avoir encore l’intention de faire la même chose que vous un jour, mais possédant moi-même un voilier, il est évident dans mon esprit qu’à la retraite je souhaite me lancer dans une certaine aventure maritime mais à beaucoup petite échelle que la vôtre.

    Maintenant par cette magnifique lettre, vous m’avez vraiment toucher par vos propos (Sylvain, vous avez une très belle plume).

    Bonne chance à Jayana pour son ultime combat contre la nature, longue vie à son équipage et en espérant avoir le grand plaisir de vous lire à nouveau…

    Guy Nadeau
    Propriétaire de Veloce

  19. Commentaire par lise beauséjour

    lise beauséjour 10 septembre 2017 at 10:26

    Ton attachement à Jayana m’a ému aux larmes avec toutes les nuances apportées. Irma a choisi sa trajectoire, personne ne peut l’arrêter, chacun doit accepter ses caprices et tenter du mieux possible de livrer une grande bataille. Je pense à vous et vous envoie des lueurs d’espoir ainsi qu’ à tous ceux qui font face aux vents déchaînés et à la pluie accompagnatrices. Bon courage !

  20. Commentaire par Claude JAN

    Claude JAN 10 septembre 2017 at 11:21

    Je suis touché par ta sensibilité vis-à-vis de ton magnifique voilier.Il y a quelques dizaines d’années, j’ai eu la même attitude pour un vieux voilier de 1937 que j’avais retapé sur les bords du lac Léman en Suisse et pour lequel j’avais des sentiments si forts que j’ai refusé des offres d’achat, pourtant intéressantes, parce que les personnes en question ne me plaisaient pas et ne me garantissaient pas qu’il serait suffisamment bichonné !!! J’espère très sincèrement que Jayana sera épargné par le cyclone Irma et te procurera à toi et ta famille de nombreux nouveaux souvenirs que tu sais si bien faire partager à tes amis lecteurs. Avec toute mon amitié. Claude de ZORBA II rencontré à Olbia en Sardaigne.

  21. Commentaire par cyranoff

    cyranoff 10 septembre 2017 at 12:36

    Biens matériels peut etre… mais il resulte toujours de la creation d un passione , tout en en passant par le coeur et l ame de celui qui l a engendre.Et ce afin de partager cette belle passion qu’Eole saura guider et esperont proteger.
    Mes pensees sont jointes a tous

  22. Commentaire par Eric et Chantale

    Eric et Chantale 10 septembre 2017 at 1:40

    On est très touchés par ton témoignage émouvant. C’est assurément habitée par votre force et vos souvenirs que Jayana livrera cette grande bataille! On est de tout cœur avec vous.

  23. Commentaire par Christiane Nadeau

    Christiane Nadeau 10 septembre 2017 at 1:51

    Quel touchant et vibrant hommage rendu à votre belle Jayana,qui vous a porté et protégé durant cette belle aventure des dernières années.Je vous souhaite de la retrouver belle et fière.

  24. Commentaire par Martin

    Martin 13 septembre 2017 at 5:45

    Avons-nous des nouvelles de Jayana?

    • Commentaire par Sylvain

      Sylvain 17 septembre 2017 at 9:06

      Oui! Je viens de mettre à jour l’article pour vous informer de l’état de Jayana suite au passage d’Irma. En résumé, tout est ok, seulement deux éraflures! On est content d’avoir épargné le pire et nos pensées sont avec ceux qui ont subît des dégâts…

Il n'est plus possible de faire des commentaires.

Aller en haut